Je partage avec vous ma réponse à un commentaire qu’on m’a fait sur Facebook : « écologiquement parlant, comme vous dites dans la description de vos produits, c’est dommage que le chanvre vienne de Chine. d’un point de vue écologique, c’est râté! »

Ah oui, la Chine! c’est intéressant, je vais tenter de répondre à cette critique où le « juge ment » en partageant avec vous plus en détails ce qui m’a conduite à vagabonder sur ma Canebière des fils…

Quand je me suis mise au tricot, je cousais alors mes premières pièces dans des étoffes de chanvre et coton bio et découvrais avec effroi les pratiques de museling sur les mérinos australiens. Boycotter cette laine obtenue par des procédés on ne peut plus barbares m’a semblé, dans un premier temps, être la moindre des choses, puis très vite la nécessité d’y trouver une alternative a motivé des nuits blanches de recherches sur les fibres et les procédés : du modal au lyocell, de l’ortie à l’abaca en passant par la viscose de bambou, de la culture des plantes à l’extraction des fibres ou de la pulpe, du rouissage au filage en passant par le « dégommage » enzymatique ou à l’hydroxyde de sodium, il m’est apparu évident, en conclusion, que le chanvre est non seulement la plante écologique par excellence (si tant est qu’on puisse parler de « plante écologique ») et la plus qualitative des fibres naturelles, mais aussi que la diabolisation de son usage récréatif n’a absolument rien d’anodin et n’est bien sûr pas sans lien avec l’appauvrissement des compétences et savoirs artisanaux autour de ce textile millénaire : l’histoire cannabique en France et dans le monde réserve bien des surprises au cherchant.

Pour rappel, la nature prolifique et la croissance rapide du chanvre permettent de le cultiver sans intrants polluants et nocifs, ce qui en fait une fibre biologique par définition. Sa production nécessite environ deux fois moins d’eau que celle du coton, pour 2 à 2,5 fois plus de fibres en terme de rendement. C’est un excellent thermorégulateur – c’est d’ailleurs pourquoi il est un matériau de premier choix pour l’isolation des habitats – ce qui veut dire qu’à l’instar de la laine il tient chaud quand il fait froid et garde au frais quand il fait chaud. Il est « respirant », extrêmement résistant (on en fait par exemple les meilleures cordes), vieillit merveilleusement bien – comme le vin il se bonifie avec l’âge car s’assouplit et s’adoucit au fur et à mesure qu’on le lave et qu’on le porte : c’est donc un textile « durable ». Il est antibactérien, antifongique, filtre les UV et pour les consommateurs leurrés par l’arnaque d’un réchauffement soi-disant causé par l’augmentation des gaz à effet de serre, sachez aussi que le chanvre est spectaculaire quant à sa capacité d’absorption du CO2! Je reviendrai sur le CO2 plus tard. Autre avantage et pas des moindres c’est un excellant protecteur électro-magnétique.

Sachant alors que le chanvre était l’alternative que je convoitais pour faire des petits gilets sains et chauds à ma fille, je me suis mise à en chercher sur le net et n’ai trouvé à l’époque de 100% pures fibres qu’aux États-Unis, et il venait justement de Chine, ce qui m’avait fait dans un premier temps froncer les sourcils : du chanvre chinois acheté aux USA pour le tricoter en France, comme vous je me suis dit que ce n’était pas terrible (et pourtant!). Malgré cela je voulais absolument tester et ce premier essai a fini de me convaincre totalement. J’en profite pour souligner que les tricots réalisés alors avec ces écheveaux colorés sont aujourd’hui portés par ma deuxième fille et n’ont pas bougé depuis. Évidemment, il m’en fallait d’autres, et je ne trouvais aucune production française. C’est alors que mon homme m’a dit « ça n’existe pas, faisons-le! » et voilà que j’en arrive aujourd’hui à rédiger ces lignes que vous lisez. Je tiens à préciser qu’à la base je ne suis qu’une maman qui cherchait quelque chose d’éthique à mettre sur le dos de ma progéniture, et que tout ce que j’ai appris ces dernières années je l’ai fait avec cœur, en autodidacte sur la voie de l’autonomie, en résistance à un système capitaliste matérialiste qui finira par avoir raison de nous si nous ne nous mobilisons pas d’urgence à ouvrir les yeux sur ce qui se trame en coulisses.

Revenons à nos moutons ou plutôt à notre chanvre!

J’apprenais alors que la France, bien que 2ème producteur mondial, ne possédait plus de filature (seule une qui ne fait que des mélanges chanvre/polyester en grande partie destinée à l’aéronautique) et que ce filage particulier assez complexe nécessite un outillage bien spécifique et un savoir-faire perdu dans l’hexagone. Où donc me fournir ? c’est en Roumanie (en Europe donc) où le meilleur chanvre au monde est cultivé/roui/filé sur place selon des procédés respectueux que j’ai trouvé mon bonheur en accord avec mes critères rigoureux : c’est ce que je vous en propose en boutique avec Pernelle. Mais cette qualité a un coût et mon idée de base n’était pas de fournir un fil précieux à une élite de tricoteurs mais de participer à la redécouverte en France de cette fibre formidable, car elle pourrait changer de manière considérable nos modes de vie sous bien des aspects. J’ai alors décidé de proposer un mélange de chanvre et coton bio plus doux, plus polyvalent et plus abordable (d’abord Ostane, puis Damya) qui oui est fait en Chine! Le chanvre est cultivé en Chine depuis environ 6000 ans et ce sans interruption contrairement à nous en France ou aux États-Unis, ce qui veut dire qu’ils n’ont cessé de se perfectionner depuis lors. Et d’où provient le coton biologique ? de Turquie, il semblerait qu’en France le coton ne pousse pas encore!

///// Mais prenons quelques minutes pour nous intéresser vraiment à l’écologie.

Il est tout autant naïf qu’illusoire de résumer les problèmes écologiques dont nous avons à faire face actuellement à un quelconque bilan carbone ou tout autre rejet de tel ou tel élément. Il y a plusieurs grilles de lecture à prendre en considération concernant le réchauffement mesuré sur la planète. D’un côté nous avons les cycles de l’activité solaire qui influent sur le champ magnétique terrestre : l’atmosphère est plus ou moins traversée par les rayons cosmiques galactiques ce qui occasionne des variations climatiques subtiles. Et de l’autre nous avons les ondes électromagnétiques générées, entre autres, par nos télécommunications (Satellites, Wifi, etc) qui excitent et réchauffent les particules d’eau en suspension dans l’air (cf Jacques Antonin). Le carbone dans cette histoire est comme qui dirait du pipi de chat!

Tout cet acharnement médiatique autour du réchauffement climatique n’est qu’une technique du plan d’action pour le XXIe siècle ou Agenda 21 coordonné par les Nations-Unies et adopté par 173 chefs d’État lors du sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, en 1992. Il a pour vocation, à travers l’introduction de la notion de « développement durable » de mettre en place une gouvernance mondiale que nous devons regarder avec un peu de hauteur et prendre avec des pincettes, en sortant du carcan généré par notre vision petitement anthropocentrique et bassement matérialiste de la politique et du monde en général. Car de la même manière que cela se produit en ce moment même avec la guerre contre le terrorisme, la guerre du climat n’a pour autre but que d’instaurer des lois de plus en plus liberticides.

///// Alors que faire vraiment ?
Agir de manière responsable et conscientisée.
Ne pas êtres dupes.
Ne pas nous laisser fourvoyer par les médias.
Ne pas nous laisser manipuler par les émotions.
Garder l’esprit critique, penser par nous-mêmes.
Et nous occuper des causes et non pas des symptômes.
Car ce qui compte avant tout est le regard que nous portons sur le monde qui nous entoure et dont nous faisons intrinsèquement partie.

La priorité dans un premier temps, c’est de modifier notre alimentation. Tout nous prouve qu’une alimentation végétale et biologique est plus bénéfique pour la santé et pour la planète. Il est même démontré qu’il est 7 fois moins polluant de manger végétal et biologique en choisissant des produits des quatre coins du monde qu’en mangeant local et carné (Rapport scientifique de l’Association végétarienne de France – octobre 2015), et le bilan des rejets liés à l’élevage est bien supérieur à celui occasionné par les transports (tous les transports réunis) ! Et les effets se répercuteront sur les plans plus subtils car nos humeurs et aspirations s’en verront transformées puisque notre vibration sera modifiée.

Revenons donc à nos fibres!

///// Quid de la laine bio ?

En ce qui concerne la laine bio, sans même se préoccuper d’éthique animale, juste en se penchant sur l’aspect écologique de la production, il faut considérer toute la filière en partant de l’élevage du troupeau (incluant nourriture et soins des animaux) jusqu’à la teinture en passant par le filage et les diverses étapes d’ennoblissement de la laine. Même pour les marques les plus éthiques, et elles sont malheureusement bien peu nombreuses en comparaison au rouleau compresseur industriel, il y a parfois plusieurs allers-retours entre filatures et teintureries, car toutes ne sont pas équipées pour chacune des étapes d’élaboration du fil. Ce qui veut dire soit dit en passant, qu’il y a du « made in France » qui transite au quatre coins du globe avant d’être mis en vente. La question de la vaccination des animaux (et bien sûr des Humains), est cruciale et n’est pas sans conséquences sur les plans sanitaire et écologique, loin de là! Déjà, l’utilité, l’innocuité et les modes de fabrication des vaccins sont hautement contestables, et leur constitution est effarante (« résidus de cellules d’insectes, de levures, de cerveaux de souris, des tissus de porcs, de cobayes, de lapins, de chiens, de la lymphe de veaux, des tissus d’œufs de poule, d’embryons de poulets, des cellules de reins et de testicules de singes, des cellules rétiniennes, des cellules de fœtus humains avortés et des cellules cancéreuses » (Sandy Lunoe 21 janvier 2012, Vactruth), sans oublier les adjuvants toxiques tels l’aluminium ou le mercure pour ne citer qu’eux). Oui la quasi-totalité des animaux d’élevage est vaccinée, et oui c’est un gros problème de santé publique aux enjeux écologiques majeurs, bien plus important je pense que de savoir si du chanvre a fait 1000km ou 9000km pour atterrir sur nos aiguilles! Et c’est sans compter le puçage RFID des bêtes qui est non sans conséquences sur le climat puisqu’il s’agit encore d’onde électromagnétiques…

//// Pourquoi ne pas recycler les vêtements ?

Il y a tellement de vêtements dans les friperies qu’on pourrait penser plus judicieux de cesser toute production textile et ne se vêtir que grâce au troc et au recyclage. C’est de prime abord une belle idée, mais à moins d’être un alchimiste opératif ou un mage expérimenté, il vous sera difficile de transmuter les mémoires attachées à ces chiffons. Mémoires qui, non purifiés en conscience sont autant de causes de pollution mentale, émotionnelle voire spirituelle dont nous n’avons d’ordinaire pas même idée ! Car oui la matière dite inerte a une mémoire et les dernières découvertes en physique quantique nous le démontrent, ce qui vient confirmer les antiques et occultes traités de magie pratique. On comprend pourquoi dans nombre traditions on emmitoufle par exemple les nouveaux-nés de textiles ayant appartenu à tel ou tel ancêtre dans le but soit d’attirer son âme, soit de permettre au bébé d’en adopter certains traits de caractères… Mieux vaut donc mettre au feu les vieilleries, ça nous évitera de nous refourguer des fardeaux inutiles.

//// Le chanvre, ce héros !

Hemp-Cannabis-Chanvre

Le seul fait de porter du chanvre est en soit un acte militant! qu’il vienne de Chine, de Roumanie, d’Inde ou d’ailleurs, portez du chanvre et parlez-en autour de vous, c’est un cadeau des Dieux, une plante extraordinaire, étonnamment polyvalente, qui pousse partout, sans eau ni pesticides, avec laquelle nous pouvons tout faire : nous nourrir, nous vêtir, construire nos maisons… des vêtements au plastique, de l’huile au papier, en passant par la dépollution des sols (l’une des meilleures plantes de phytoremédiation), sans oublier ses vertus thérapeutiques exceptionnelles!

Maintenant vous savez pourquoi je suis fière de tricoter et proposer à la vente du chanvre, même chinois !

Aurélie Païno

Publié par

Aurélie Païno

J'ai créé Kaneh-Bosem, première marque de chanvre à tricoter en France, afin de proposer des fils de chanvre et coton bio pour tricoter éthique et responsable. (Retrouvez-moi aussi sur amsha.fr et naissancelibre.fr)

5 Comments

  1. mathurine a dit :
    le 3 décembre 2015 à 17 h 42 min

    Et bien voilà une profession de foi claire et précise !
    Bien sûr que nous serions tous contents que le chanvre et les filatures y compris de laine repoussent là où nous vivons mais oui pragmatiquement quand on reconstruit il faut reprendre par un bout. Le fil a à toute époque traversé la planète dans tous les sens ceci n a rien de nouveau , le problème est en premier lieu de retrouver un fil « sain » au maximum. Ensuite nous reconstruirons des filatures etc…
    Juste un bémol sur le passage sur le réchauffement climatique, qu’ un sujet soit récupéré par les medias ne veut pas dire qu’ il est faux., la formulation laisse penser que la question ne saurait être que un avatar politique du contrôle social…malheureusement nous savons que c est une réalité comme vous le reformulez ensuite. Gaia a mille noms et d autres encore que nous avons à découvrir.
    Douces routes à votre nouveau fil !

    • KeïKo a dit :
      le 15 décembre 2015 à 0 h 29 min

      Oui, petit à petit reconstruirons…
      Merci pour ton mot Mathurine, c’est toujours un plaisir de te lire !

  2. elodie a dit :
    le 14 décembre 2015 à 23 h 49 min

    Je réagis au dernier point : la mémoire des fibres. C’est étonnamment ce que j’ai ressenti lorsqu’une copine m’a donné d’anciens vêtements : il y en a certains que je ne « sens  » pas, tu m’aides donc à m’en débarrasser joyeusement ! (ainsi que d’autres rattaché à des périodes moins gaies ! ) Merci pour tes éclairages en tout cas !
    Belle journée !

    • KeïKo a dit :
      le 15 décembre 2015 à 0 h 34 min

      Connaissant ton penchant pour le désencombrement et le minimalisme, te voilà donc avec un nouvel argument 😉 Merci de ta visite Élodie !

Laissez votre commentaire

Your email address will not be published.