« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

La fibre de lait : qu’est-ce que c’est?

Selon ses concepteurs, la fibre de lait révolutionne le textile en associant les qualités de la fibre naturelle et de la fibre synthétique : résistance, électricité statique réduite, couleurs constantes après lavage, propriété hydratante, anti-bactérienne et génératrices d’ions négatifs (l’air de la montagne sur soi…). Le procédé de fabrication, quand à lui, impose au lait une transformation destinée à extraire la protéine de lait : élimination des impuretés, déshydratation, et écrémage pour soustraire les matières grasses. Une fois cette étape achevée, la protéine par ‘polymérisation’ devient fibre, pouvant ainsi être filée  » en pelotes de fibre de lait « . Il n’y a plus qu’à tricoter !

> Source et suite : Le pull en fibre de lait

Dans l’imaginaire occidental, le lait est synonyme de fluide nourricier. Sa richesse en protéines en fait également la matière première d’une nouvelle génération de fibres d’origine animale. Baptisée Chinon, la fibre de lait est produite par le fabricant de fils japonais Toyobo à partir de la caséine. Le lait est collecté en Nouvelle-Zélande. La caséine, substance contenant la majeure partie des protides du lait, est ensuite isolée, puis transformée en pâte qui est extrudée (passée dans une filière) pour obtenir des fils de différents titrages.

> Source et suite : La fibre de lait arrive en Europe

Loin des préjugés, il devient de plus en plus possible de concilier mode et respect de l’environnement. Les vêtements éthiques s’invitent désormais sur les podiums des capitales de la mode et les stylistes trouvent de nouveaux moyens pour apporter leur patte verte, entre robes capables de purifier l’air et accessoires de luxe conçus à partir de lances d’incendie recyclées. Il existe aussi, on le sait, tout un florilège de tissus écologiques, mais s’il était une matière encore plus eco-friendly que n’importe quel coton bio, chanvre ou bambou? La marque allemande Mademoiselle Chi Chi vient de faire sensation avec une collection très tendance de robes élaborées à partir… de lait !

> Source et suite : La fibre de lait, nouvel ingrédient de la mode éthique

Mon Point de Vue…

Une fibre qui n’a apparemment que des avantages selon ce qu’on peut en lire partout sur la toile. Sauf que. En premier lieu, il serait bon de se demander ce qu’il y a d’éthique dans toute exploitation animale. Et ensuite, ouvrir les yeux sur le fait que la consommation de lait industriel est un des pires désastres sanitaire et écologique de la planète !!

Remettons les choses à leur place : il n’y a rien de naturel ni d’écolo ni d’éthique dans le fait de priver un veau du pis de sa mère pour en faire des produits dérivés, quels qu’ils soient.

Quand on sait qu’« A 20 milliards d’euros par an de chiffre d’affaires, l’industrie laitière représente 1/5e de celui du secteur agro-alimentaire français. Et elle ne lésine pas sur la publicité : selon Kantar Media, un institut spécialisé dans l’étude des marques dans les médias et la publicité, elle y a consacré 521 millions d’euros en 2009. » (source) et qu’en y ajoutant une branche textile, ces chiffres vont probablement décupler, peut-on légitimement encore parler d’éthique ?

Espérons qu’un de ces jours prochains, les gens se mettent penser par eux-mêmes plutôt que de suivre aveuglément toute sorte de mode. Qu’on se le dise : nous (les humains) n’avons pas besoin de lait de vache pour vivre, et encore moins pour nous vêtir. Si nous voulons vraiment un monde plus « green » faudrait peut-être songer à cesser d’exploiter tout ce qui bouge, manger un peu moins et surtout moins de produits industriels, et peut-être aussi, se poser la question (profonde) du sens de l’existence… Ceci dit, je conçois tout à fait qu’avec tant d’acides gras ingurgités, la légèreté de l’âme ne revêt à nos yeux aucune dimension hédonique…

Vous l’aurez compris, je ne tricoterai pas de lait !
Et vous, qu’en pensez-vous ?

_____________________________________________

Pour aller plus loin :

[Dossier Lait] Hypocrisie Médicale et Scandale Sanitaire autour de l’Industrie Laitière

Publié par

Aurélie

J'ai créé Kaneh-Bosem, première marque de chanvre à tricoter en France, afin de proposer des fils de chanvre et coton bio pour tricoter éthique et responsable.

7 Comments

  1. le 8 août 2011 à 11 h 43 min

    C’est incroyable j’aurai dit exactement la même chose! Quand on sait qu’aujourd’hui, au niveau mondial des scientifiques et des chercheurs tentent de trouver des solutions au problème du sur-élevage c’est clair q’il y a un gros hic dans la promotion éthique de la fibre de lait. Les chercheurs ont pensé à créer de la viande synthétique à base de protéines animales. Je ne suis pas spécialisée dans ce type de recherche mais si la fibre de lait doit s’émanciper, c’est dans cette direction qu’elle devrait aller.
    NB, je mes ton article en lien sur mon blog, il est tellement bien écrit.

    • STORA a dit :
      le 1 octobre 2013 à 8 h 28 min

      Bon je viens de me enseigner et il s’avère que la caseine est produite avec le lait impropre à la consommation, c’est à dire non recycler et donc produisant des déchets… c’est peut-être mieux que les produits chimiques et autres colorant des vêtements que nous portons actuellement. Ces colorants s’infiltrent partout, tout ça pour que l’on est un JEAN sur nous.

  2. Leefa a dit :
    le 31 août 2012 à 21 h 49 min

    Ca me laisse sans voix… on fini par avoir envie de se mettre à la « mode » écolo mais finalement, c’est aussi de l’intox.
    J’ai la chance d’habiter en campagne et je ne fais même pas l’effort de consommer mieux (la flemmite aigue est un mal profond).. je me foutrais des claques moi des fois!!!!
    Merci de me faire réfléchir quand même! déjà, je consomme nettement moins de lait depuis que j’ai lu ton article (mais je peux pas me sevrer encore, hi hi! j’aime trop les glaces!!!)

  3. Diodo a dit :
    le 31 mai 2013 à 19 h 48 min

    Effectivement, bien écrit ton article. Un commentaire cependant: le lait utilisé pour la fabrication des fibres est du lait aigre, qui est destiné à… être jeté. L’idée n’est donc pas de produire plus de lait, mais d’utiliser et de recycler celui qui est jeté !

  4. JulesJoseph a dit :
    le 10 octobre 2013 à 19 h 34 min

    Hello. Je découvre ce site et ses commentaires par hasard, cherchant à savoir si la « fibre de lait » n’est pas qu’un mythe publicitaire. Apparemment non.
    1e remarque, qui n’a rien à voir: la citation en exergue, que depuis longtemps j’affectionne particulièrement moi aussi, n’est, selon moi, pas de Rabelais, mais de Montaigne;
    2e remarque: effectivement, si le lait utilisé est bien un « déchet » comme signalé plus haut, ça confère plus d’intérêt « écolo » à la technique;
    3: une autre double question, du même tonneau et dans le même but, est de savoir quelle énergie nécessite le processus et lui-même, quels déchets, en quantité et en qualité;
    4: si c’est juste une manière de décupler le prix d’une matière première, un peu comme avec les agrocarburants, pas certain que ce soit très « noble » comme filière; à peine bobo;
    5: savoir que le lait caillé, ça sert de base à des aliments ancestraux; et y a quand même encore de nos jours près d’1 milliard de personnes qui crèvent totalement la dalle; ce ne seront non plus eux qui auront accès à ce produit…
    6: une notion de base de la « soutenabilité » est le circuit court; les maisons de haute couture occidentales se fournissent-elles à partir du lait de nos campagnes ou pas?
    7: etc. etc.
    8: reste que la logique qui sous-tend cette démarche est à suivre, car c’est de l’innovation et c’est en pensant selon certains de ces paramètres au moins, en les améliorant au besoin, que l’Humanité sortira par le haut des calamités qu’elle engendre à foison.

Laissez votre commentaire

Your email address will not be published.